L’impact des émotions sur l’apprentissage

Si les émotions viennent impacter l’apprentissage, quel est vraiment l’impact des émotions sur l’apprentissage ? Parce qu’il est impossible de nous détacher de nos émotions, nos émotions entrent en lien avec nos situations d’apprentissage. Lorsque nous sommes dans un état émotionnel difficile, quand nos valeurs personnelles ont été mises à mal, les connexions ne sont plus établies correctement entre les différentes zones de notre cerveau.

L’émotion, un ressenti personnel

Une émotion est un état affectif plus ou moins intense survenant à la suite d’un stimulus. L’émotion est un état subjectif. Elle nous appartient. Elle déclenche un ressenti qui nous est propre. Dans toutes situations d’apprentissage, nous ressentons des émotions agréables ou non.

À l’école, les enfants continuent également de ressentir des émotions. Impossible de s’en détacher, l’Homme est un « être d’émotion » ! Leurs émotions impactent leur apprentissage parce qu’elles sont en lien avec la mémorisation.

Lire l’article : comment être dans de bonnes conditions d’apprentissage ?

Les événements chargés émotionnellement sont mieux mémorisés que les événements « neutres ». Ce lien entre émotion et mémoire met en relief son caractère personnalisé. En effet, face aux mêmes événements, nous ne retenons pas tous la même chose.

Lire l’article : L’impact des émotions sur la mémoire

Et à l’école, quel est l’impact des émotions sur l’apprentissage

À l’école, les émotions ne s’arrêtent pas.

cube avec des émotions car impact des émotions sur l'apprentissage

Lorsqu’un élève est dans un état émotionnel intense et notamment en cas de stress, il « débranche » son cortex préfrontal. Ce lobe frontal étant le siège de nos fonctions exécutives, adieu planification, attention, priorité, anticipation, organisation ou encore concentration.

Lire l’article : qu’est-ce que les fonctions exécutives ?

« (en parlant des enseignants)

Mais peu ont conscience de l’impact affectif qu’ils ont sur les enfants. Certains instituteurs, professeurs de collège et de lycées, vont rassurer et réconforter les enfants par leur façon d’être, leur manière de parler, leur attention à reprendre autrement une explication mal comprise. » 

Boris Cyrulnik – Article VNI du 15 juin 2015

L’impact affectif et donc l’impact des émotions sur l’apprentissage ne peut donc être un facteur négligeable. Ce sont bien les encouragements, les mots qui marquent positivement une progression, un effort, ou encore une attitude qui aideront l’élève à rester « câblé ».

Source : www.dangerecole.blogspot.com

Un encouragement ou une appréciation positive de leur part, qui serait souvent perçu comme une banalité par des adultes, aura chez un enfant en recherche de sécurisation, une valeur inestimable. Ce sera un événement émotionnel fort qui participera à structurer sa personnalité.

Lire l’article : 10 idées d’encouragements qui donnent du courage

Encourager les élèves permet de les mettre dans un cadre sécurisant qui est favorable à leur apprentissage.

L’impact des émotions sur l’apprentissage

Bien sûr, nous pourrions rappeler l’importance d’apprendre à réguler, autrement dit à apprivoiser ses émotions, mais nous en avons déjà parlé dans différents articles (dossier « émotions et apprentissage », je vais essayer de rester concrète et vous proposer des pistes à explorer. Comment réduire l’impact des émotions sur l’apprentissage lorsque celles-ci sont ressenties comme désagréables ?

Lire le dossier « émotions et apprentissage » : tous les liens sont mis en bas de cette page.

Quelques pistes à explorer pour réduire l’impact des émotions dans les apprentissages.

  • Positiver les situations : même les progrès les plus minimes sont des progrès. Encourager (et non pas féliciter) permet d’envoyer un message positif à l’apprenant. Il peut ressentir cet encouragement comme une véritable récompense. C’est donc son circuit de la récompense qui va également entrer en jeu, et lui donner envie de recommencer.
Jeune femme qui exprime sa joie d'avoir gagné montrant l'impact des émotions sur l'apprentissage
Encourager tous les progrès… même les « petits ».
(Source Photo Pexels.com)

De plus, il est courant que lorsqu’un enfant est en difficulté dans des apprentissages, les « petits » progrès ne soient pas valorisés et vus comme une réelle progression. Les remettre à leur véritable niveau, les voir comme de réels progrès (et non pas un retour dans la norme) est important pour l’enfant.

  • Donner les axes de progression réalisables : inutile de voir gravir immédiatement l’Everest si l’on n’est pas encore capable de grimper en haut d’une colline. Envisager de passer de 6 de moyenne à 16, c’est se mettre en difficulté pour atteindre son objectif et donc prendre le risque d’être déçu de soi-même. Viser juste permet aussi de jouer sur la motivation.
  • Valoriser tous les domaines de compétence : la créativité, artistique, musicale… Les résultats scolaires et l’école ne constituent pas toute la vie de votre enfant. En se focalisant sur un seul domaine de compétence, nous écartons les autres ou nous leur donnons peu de place. Le système scolaire ne met que très peu en avant les compétences créatives, artistiques, ou sportives, il est important qu’elles soient valorisées comme une compétence à part entière.

DOSSIER

Cet article s’inclut dans un dossier complet qui se compose de 6 parties :

ÉMOTIONS ET APPRENTISSAGE

Partie 1 : Les émotions, frein ou accélérateur d’apprentissage ?

Partie 2 : Les émotions positives ou négatives et l’apprentissage.

Partie 3 : Le partage social des émotions et l’apprentissage

Partie 4 : L’influence des émotions sur la mémoire

Partie 5 : L’influence des émotions sur l’attention

Partie 6 : L’impact des émotions sur l’apprentissage

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.