Les émotions, frein ou accélérateur d’apprentissage ?

Apprendre permet d’acquérir un savoir ou un savoir-faire. Pour l’assimiler, nous utilisons différents processus cognitifs. Jusqu’à il y a peu, processus cognitifs et émotions étaient rigoureusement séparés. Aujourd’hui, on entend de plus en plus de l’impact des émotions sur l’apprentissage. Alors les émotions sont-elles un frein ou un accélérateur d’apprentissage ?

Les émotions comme signe d’alerte

Une émotion est subjective, car son déclenchement nous est propre. Nous ne sommes donc pas tous sensibles aux mêmes choses, expliquant pourquoi Pauline ressent de la joie alors qu’Emilien dans le même contexte ne ressentira pas du tout cette même émotion. Leur intensité est également très individuelle. 

Notre organisme, en recherche constante d’un équilibre parfait va utiliser un véritable processus physiologique pour maintenir cet équilibre quoiqu’il advienne : rythme cardiaque, pression sanguine, respiration… Ces réactions nous préparent à réagir afin que nous puissions sortir des situations menaçantes par exemple : fuir ou attaquer.

Une réponse à une situation de crise

La vie n’est pas un long fleuve tranquille… et quelquefois, la situation dans laquelle nous nous trouvons n’est pas la situation à laquelle nous nous attendions. On se rend compte alors, que l’on se retrouve en difficulté pour accéder à l’objectif que nous nous étions fixé, dans le temps espéré. Notre cerveau va alors utiliser une sorte de comparateur : situation actuelle / situation espérée. C’est la différence entre ces deux situations qui provoquera l’émotion.

Bien entendu, lorsque la vie réelle dépasse la vie que vous aviez rêvée, vous ressentirez une émotion positive. Cette émotion positive aura pour effet de venir renforcer votre comportement actuel.

En revanche, lorsque la vie rêvée est très éloignée de ce que vous vivez réellement, une émotion négative sera ressentie. Elle est alors le signal d’alerte pour vous avertir qu’il faut modifier quelque chose et donc vous réajuster pour pouvoir vraiment atteindre votre objectif.

Apprendre, une situation perturbante

L’acte d’apprentissage s’inscrit dans une démarche déstabilisante. Apprendre nécessite de réaliser des essais qu’ils soient fructueux ou non; le processus d’apprentissage s’inscrit donc dans un cycle d’essais réussis et échoués. Apprendre demande, donc, de s’engager dans une forme d’ouverture afin d’accueillir les concepts ou idées nouvelles. Ce n’est pas une action si simple, car elle nécessite la remise en cause des savoirs déjà acquis.

L’apprenant navigue souvent donc dans un équilibre précaire vacillant entre émotions positives et négatives. Les émotions positives renforceront la motivation et favoriseront l’accès à l’objectif. Les encouragements seront donc un pilier pour aider les apprenants et permettront de stabiliser les émotions positives.

Compléter votre lecture

10 idées d’encouragement qui donnent du courage !

Un encouragement parle à son soi intérieur et donne envie d’être dans un progrès. Encourager, c’est parler de ce que l’on voit et de ce que l’on ressent..

Les émotions, frein ou accélérateur d’apprentissage ?

Il y a quatre groupes d’émotion qui sont pertinents pour l’apprentissage des élèves.

• Les émotions de réussite 

Elles sont liées aux réussites et aux succès et aux échecs

Par exemple

  • Réussite → plaisir d’apprendre
  • Succès → fierté, espoir
  • Échec → anxiété, honte

• Les émotions épistémiques

Elles sont déclenchées par des problèmes cognitifs. Elles sont importantes lorsque les tâches sont nouvelles.

Par exemple

  • Nouvelle tâche → surprise, curiosité
  • Obstacles → confusion, frustration
  • Réussite → plaisir d’apprendre
Compléter votre lecture

Les fonctions exécutives

Les fonctions exécutives correspondent aux capacités nécessaires à une personne pour s’adapter à des situations nouvelles, c’est-à-dire non routinières, pour lesquelles il n’y a pas de solution toute faite.

• Les émotions thématiques

Elles sont en lien avec les sujets des apprentissages comme les sujets des cours.

Par exemple

  • Personnage d’un roman → empathie, dégoût

• Les émotions sociales

Elles se rapportent aux enseignants et aux apprenants de la classe ou promotion. Elles sont importantes dans les interventions enseignant/apprenant, apprenant/apprenant et apprentissage de groupe.

Exemples d’émotions sociales

amour, sympathie, mépris, envie, anxiété sociale…

En conclusion,

Les émotions sont donc à la fois des freins et des accélérateurs d’apprentissage. Les émotions positives semblent être des moteurs pour l’apprentissage et les négatives freinantes, mais est-ce toujours le cas ?

La réponse à cette question se trouve dans la Partie 2 : Les émotions positives ou négatives et l’apprentissage.

LIRE LA PARTIE 2

DOSSIER

Cet article s’inclut dans un dossier complet qui se compose en 6 parties :

ÉMOTIONS ET APPRENTISSAGE

Partie 1 : Les émotions, frein ou accélérateur d’apprentissage ?

Partie 2 : Les émotions positives ou négatives et l’apprentissage.

Partie 3 : Le partage social des émotions et l’apprentissage

Partie 4 : L’influence des émotions sur l’attention (date prévue de publication 24/09/20)

Partie 5 : L’influence des émotions sur la mémoire (date prévue de publication 01/10/20)

Partie 6 : Quel environnement émotionnel est vraiment propice aux apprentissages ? (date prévue de publication 08/10/2020 )

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.