Comment mieux comprendre la dysphasie ? Comment faire la différence entre un retard du langage et une dysphasie ? Quels sont les signes évocateurs d’une dysphasie ? Quand penser à une dysphasie ?

Voici quelques réponses à ces questions afin de t’aider à mieux comprendre ce qu’est la dysphasie.

Sommaire de cette page

LA DYSPHASIE

La dysphasie est un trouble neurodéveloppemental affectant la communication et plus particulièrement le langage oral. Le langage oral est altéré sur plusieurs niveaux (prononciation, élocution, compréhension…) et également dans sa structure. On retrouve alors fréquemment des problèmes dans la structure même des phrases. La compréhension du langage oral peut également être atteinte.

Le langage : une fonction complexe

Le langage oral tant en production qu’en réception est une fonction complexe. Il demande l’intervention de nombreuses régions cérébrales. Le langage oral peut se produire ou se recevoir. Il va donc permettre de communiquer, d’exprimer ses idées, ses émotions… en utilisant des mots. En mode réceptif, il te permet de comprendre ton interlocuteur.

Pour mieux comprendre, l’implication des différentes régions cérébrales dans le langage oral, vous pouvez lire cet article :

➔ Lire l’article : Aphasie et structures cérébrales du langage

Retard du langage oral ou dysphasie ?

Les troubles du langage peuvent revêtir plusieurs formes et semblent assez courants chez les enfants, surtout chez les jeunes enfants. Il convient alors de bien différencier un retard du langage oral et une dysphasie. Un retard du langage est souvent comblé, grâce à des rééducations, vers l’âge de 6 ans. La dysphasie est, quant à elle un trouble durable et persistant.

➔ Quand penser à une dysphasie ?

La dysphasie, un trouble neurodéveloppemental

La dysphasie est un trouble neurodéveloppemental du langage impactant l’expression et/ou la réception du langage oral. Ces manifestations sont variées, dépendantes des composantes du langage qui seront affectées (phonologique, morphologique, sémantique…) expliquant la multitude de ces différentes expressions ainsi que les différences individuelles. La dysphasie est un trouble primaire, autrement dit prépondérant, et ce, même si elle peut être associée à d’autres troubles. Son association avec d’autres troubles est d’ailleurs fréquente.

C’est pour toutes ces raisons que la dysphasie doit être abordée dans sa globalité. Elle interfère dans les différents domaines de vie, personnel, social, scolaire et professionnel, provoquant ainsi des situations de handicap.

Lire : qu’est-ce que la dysphasie ?

Les différentes formes de dysphasie

Les difficultés liées à la dysphasie peuvent s’exprimer différemment suivant la sphère qu’elle va impacter (expression et/ou réception du langage oral) et selon ce qui la compose. (phonologie, lexique, syntaxe, pragmatique…).

Les profils sont donc variables en fonction des aspects de la communication qui vont être touchés. Il n’y a donc pas de profil-type de dysphasique, mais une hétérogénéité de profils.

➔ Lire : quelles sont les différentes formes de dysphasie ?

la dysphasie en image
Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama

Dysphasie et troubles associés

La dysphasie est un trouble primaire du langage. Primaire veut dire qu’aucun autre trouble ne peut expliquer le déficit qu’elle engendre.

En revanche, il est fréquent que d’autres troubles lui soient associés. Il s’agit alors de troubles comorbides, autrement de troubles accompagnant ce trouble spécifique du langage oral.

➔ Lire : Dysphasie et troubles associés ( à venir)

Parmi les troubles associés les plus courants, nous retrouvons la dyslexie-dysorthographie, la dyspraxie, le déficit d’attention avec ou sans hyperactivité, la dysgraphie…

Lire : les troubles d’apprentissage : dyslexie, dyspraxie, dysgraphie…

Dysphasie et bilinguisme

Les difficultés des enfants bilingues sont souvent surévaluées, car les échelles de valeurs utilisées pour les évaluer correspondent à celles du développement de l’enfant monolingue. En revanche, les difficultés de langage oral chez les enfants migrants sont très fréquemment sous-estimées, car il est compliqué de faire la différence entre les difficultés d’apprentissage d’une nouvelle langue et les difficultés d’acquisition du langage lui-même.

De manière générale, le bilinguisme n’entraîne pas de dysphasie. Néanmoins les enfants présentant un réel retard de langage ou une dysphasie se retrouvent en difficulté dans un contexte de bilinguisme et, n’évoluent généralement, pas favorablement. En effet, les difficultés tant phonologiques que structurelles étant prégnantes dans la langue d’origine, les dysphasiques se retrouvent alors confrontés à des complexités phonologiques et/ou structurelles trop importantes.

➔ Lire : dysphasie et bilinguisme ( à venir)

En conclusion

La dysphasie est un trouble primaire du langage oral. Elle peut s’exprimer de différentes manières et il existe donc plusieurs formes de dysphasie. On parle donc des dysphasies. Les profils des dysphasiques sont très variables.

Vous vous questionnez, vous avez besoin d’être accompagné : contactez-moi !

Valérie DUBAND

Ouvrir le champ des possibles

La dysphasie est un trouble durable et persistant, contrairement au retard du langage. Le bilinguisme n’entraîne pas de dysphasie. Elle est très fréquemment associées à d’autres troubles neurodéveloppementaux, rendant le tableau complexe.

Les dysphasiques ont envie de communiquer, mais par la nature même de leur trouble, se retrouvent en difficulté, voire même en situation de handicap dans les situations de communication orale.


Quelques articles complémentaires

Voici quelques articles complémentaires en lien avec le thème de la dysphasie qui pourraient vous intéresser.

 

Dysphasie et mathématiques

On vit dans un monde chiffré : poids, argent, distance… La première étape est le dénombrement. Il se décompose en étapes qui doivent être acquises

MDPH – PAP – EXAMEN

MDPH, PAP, aménagements de la scolarité et d’examens sont des termes qui sont ou qui rentreront dans votre vocabulaire si vous avez un trouble dys ou si votre enfant a un trouble …

FAVORISER L’ACCES A LA LECTURE

Comment permettre à un enfant dys (dyslexique, dyspraxique, dysphasique…) d’accéder plus facilement à la lecture ? Quels sont les outils à mettre en place ? Comment leur rendre accessible cette lecture ?

Première publication : 27/11/2011 – dernière mise à jour : 03/02/2021