Les troubles neurovisuels, les aides

Les troubles neurovisuels ont des conséquences multiples notamment en matière d’apprentissage scolaire. Quelles sont les aides à mettre en place pour pallier ce trouble neurovisuel ? Peut-on y remédier et comment ?

Comment prendre en charge un trouble neurovisuel ?

La prise en charge est réalisée par un orthoptiste.  La neurovision est une spécialité. Certains orthoptistes sont donc formés en neurovision. Si vous habitez dans une zone territoriale dans laquelle ce type de professionnel est absent, un orthoptiste en basse vision pourrait peut-être déjà apporter une aide. 

Le bilan orthoptique et neuro-visuel portera entre autres : un repérage et exploration et attention visuelle (barrage, retour à la ligne, repérage…), coordination œil main, motricité conjuguée qualité des saccades et de la poursuite…), la stratégie visuelle, les capacités d’attention visuelle, la fenêtre attentionnelle visuelle…

La rééducation réalisée, il convient aussi de vérifier les impacts qu’a pu avoir ce trouble neurovisuel.

Par exemple :

  • L’orthophoniste pourra intervenir pour aider l’enfant à identifier visuellement le code phonémique.
  • Un graphothérapeute ou ergothérapeute pourra intervenir pour aider l’enfant à reprendre des repères visuo-spatiaux au niveau de l’écriture et de la prise d’indices.

En résumé :

  • Vérification de la vue chez un ophtalmologue
  • Réalisation d’un bilan orthoptique et neurovisuel chez un orthoptiste spécialisé en neurovision
  • Réalisation de la prise en charge orthoptique
  • Compléter par des bilans concernant l’impact que ce trouble à pu avoir en matière d’apprentissage : orthophoniste, graphothérapeute ou ergothérapeute…

Les troubles neurovisuels, les aides

Après la théorie, voyons ensemble quelles sont les aides possibles.

N’oublions pas que la première des choses à faire est de réaliser un bilan auprès d’un orthoptiste.

Dans un second temps, il faudra peut-être entretenir ces mouvements oculaires. Nos yeux ont aussi des muscles, comme chaque muscle il convient de les entraîner. Sans entrainement, ils perdent de leur efficacité.

Rien de mieux que le jeu pour travailler sans s’en rendre compte !

Voici donc quelques pistes.

  • Le jeu du lynx (jeu de société) 
  • Jeu des différences : les 7 différences à retrouver. L’enfant doit comparer deux images et doit trouver ce qui distingue l’une de l’autre.
  • Jeu de l’intrus : jeu dans lequel l’enfant va trouver un élément qui n’a pas sa place parmi les autres.
  • Grille de mots mêlés

Voir un exemple de grille de mots mêlés >>>>

  • Jeu des semblables : lequel est « pareil » que ?
  • Livres : Où est Charlie ? La famille Oukilé. Ce sont des livres dans lesquels l’enfant doit retrouver un ou plusieurs personnages sur un fond confus.
Source Amazon : voir ici

Jeu des figures géométriques : jeu des triangles ou des rectangles L’enfant doit trouver le nombre de triangles (ou de rectangles) dans une figure.

Combien comptes-tu de triangles ?

Exemple de jeu du triangle

Combien comptes-tu de rectangles ?

  • Jeu avec lampe de poche : Jeu dans lequel l’enfant doit retrouver un objet caché dans une pièce définie dont la lumière a été éteinte avec l’aide d’une lampe de poche (Certains enfants appellent ce jeu « jouer aux experts » en référence à la série télévisée).
  • Exercices de discrimination de lettres, de mots puis de phrases.
Exemple de discrimination visuelle. Ici, il s’agit de reconnaître la combinaison de lettres « on »

Exemple de fiches de discrimination visuelle

Extrait de Des jeux visuels pour se préparer à lire, Editions Retz.

Source : la classe de Delphine

Voir un exemple de fiche >>>

Pages des fiches de discrimination visuelle

Pour les plus grands : une fois la rééducation orthoptique terminée, donner des lectures avec du vocabulaire moins connu : journal, journal économique, scientifique… afin d’entraîner l’œil à saccader et fixer correctement et permettre d’augmenter l’empan visuel.

Petites astuces issues de mon expérience de terrain 

Je conseille en première instance des lectures courtes et notamment des magazines qui proposent des articles courts.

Exemple de magazine : Réponse à tout, Astrapi, … mais également un magazine sur leur thème préféré comme le football, l’équitation

 Les troubles neurovisuels, les aides au niveau scolaire

Cette liste est non exhaustive.

Les conseils de base :

–       Diminuer la situation de copie voire l’éviter. Tant que l’enfant ne prendra pas les bonnes informations visuelles, il risque d’enregistrer des mots « faux ». Il est plus difficile de désapprendre un mot faux que d’apprendre directement un mot juste.

–       Pour la lecture accepter de mettre un cache faisant office de guide lecture. On peut aussi accepter que l’enfant s’aide de son doigt.

–       Diminuer la quantité de lecture. Grossir les caractères afin qu’il soit plus facilement identifiable sans exagérer afin de préserver l’empan visuel (police 12/14)

–       Utiliser des codes couleurs. Par exemple, en utilisant le logiciel « gratuit » Dysvocal

Dysvocal et son module Coupe mot.

Coupe-Mots est un module de mise en forme du texte permettant de faciliter la lecture :

  • coupure syllabique
  • colorisation des syllabes
  • espacement des mots et caractères
  • lignes alternées en couleur
  • utilisation de polices de caractères adaptées à la dyslexie
  • mise en évidence des sons complexes
Exemple d’aide à la discrimination visuelle

VOIR LE SITE DE DYSVOCAL

–       Afin que la lecture reste un plaisir, pensez à utiliser aussi des livres audio 

Les livres audio sont très utiles pour tous les enfants en rencontrant des difficultés de lecture. Ils sont aussi très important pour les dyslexiques et les « dys » de manière générale, car ils permettent de maintenir le goût de la lecture.

VOIR LA PAGE

MAJ le 08/10/2020

Sur le même thème

Dys et troubles neurovisuels >>>

Les conséquences scolaires des troubles neurovisuels >>>